Un monde à deux pôles

Un monde à deux pôles :

Une fillette était atteinte de migraine et rhume des foins
L’allopathe fit des tests très scientifiques
Et l’on trouva que l’enfant était allergique
Aux poussières de maison aux fleurs aux parfums
Aux arbres à la pluie au vent
Aux animaux et à pas mal d’aliments
Tout cela il fallait l’éviter
C’était singulièrement compliqué
On lui donna des antis allergiques
Mais elle devint allergique
Aux antis allergiques
Alors la cortisone fut utilisée
Et bientôt fatiguée le visage enflé
La pauvre enfant faisait bien pitié
Au naturopathe on conduisit
Cette pauvre petite vie
Et aux parents il expliqua
Sous le diaphragme une fosse sceptique
Une thyroïde un peu emballée
Des surrénales un peu fatiguées
C’est cela être allergique
Un intestin libéré
Une alimentation bien réglée
Quelques organothérapies dynamisées
Et la fillette amusée
Même en pique-nique
Fait la nique
Aux substances allergiques
Une autre fillette faisait des furoncles répétés
L’allopathe par analyse poussée
Découvrit le responsable « le staphylocoque doré »
Avec des antibiotiques bien sélectionnés
Rapidement le mal fut effacé
Mais peu de temps après
L’enfant souffrait de leucorrhée
Par l’homme spécialisé
Il fut péremptement affirmé
Que malgré les doutes rien n’était lié
Avec l’affection qui avait précédé
Des antibiotiques par antibiogrammes sélectionnés
Eurent raison de cette leucorrhée
Mais depuis du nez de l’enfant
Un pus épais se mit à couler
Sa vision a bien diminué
Des lunettes elle doit porter
Et à l’école elle n’a plus envie d’étudier
La morale de ce récit
Maintenant que nous connaissons la naturopathie
Nous comprenons cette atteinte à la vie
Par les médicaments synthétiques
Puisque pour eux dans l’organisme vivant
N’existe aucune chaine métabolique
Nous comprenons aussi
Avec épouvante frisson
Certaines guérisons
Cette rhinite si vite guérie
Compensée par l’épilepsie
Cet impétigo neutralisé si vite
Auquel fit suite la foudroyante méningite
Ce psoriasis bien blanchi
Par la cataracte suivi
Cette plaie variqueuse colmatée
Par l’infarctus remplacé
Ces verrues séniles brulées
Contre le cancer échangé
Cet eczéma rentré
En asthme transformé
Cet homme qui s’avance en tremblant
Souffre d’un parkinson récent
A la suite d’hémorragies cautérisées magistralement.

 

Moralité :

Il ne faut jamais stopper des maladies protectrices de vie qui sont des maladies « détoxicantes » de l’organisme par des thérapies anti symptomatiques responsables de maladies plus profondes et bien plus graves.

Il faut stopper la cause initiale qui est la « mal digestion » productrice de toxines intestinales a l’origine de maladies soupapes.

Extrait de “robert masson”, naturopathe, directeur du centre d’enseignement et de naturopathie appliquée.

Par jean claude gomez, naturopathe (34)

Pas de commentaires

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.